3 conseils pour bien choisir votre produit d’épargne

Un produit d’épargne se définit comme un dispositif financier qui rapporte des intérêts en contrepartie de l’immobilisation d’une épargne durant un certain temps. Pour un épargnant, il est souvent difficile de choisir entre plusieurs produits d’épargne disponibles en ce moment. Pour ce faire, il faut prendre en compte de nombreux critères. Voici 3 conseils pour faire le bon choix.

Tenir compte de ses besoins personnels

Pour bien choisir son produit d’épargne, il est crucial de connaitre et analyser sa situation personnelle, ses besoins et ses objectifs dans le but de déterminer avec le banquier l’offre la plus adaptée. En effet, une personne peut décider d’épargner pour plusieurs raisons. Si certains gens par exemple font des épargnes pour se constituer un capital et réaliser ultérieurement un projet, d’autres en font pour avoir une épargne de précaution. Celle-ci est une réserve d’argent nécessaire en cas de dépenses ou situations imprévues. La plupart des épargnants prennent en compte uniquement le rendement ou le taux d’intérêt lié au produit d’épargne. Pourtant, ce n’est pas le seul critère à vérifier. Avant de procéder à la signature du contrat, il est fondamental d’étudier les avantages et les inconvénients de chaque formule tout en considérant ses propres attentes.

Poser les bonnes questions

Avant de choisir le produit d’épargne, il faut se demander si l’on veut conserver l’argent à court ou à long terme sans y toucher ou si l’on souhaite que la somme soit disponible à tout moment pour subvenir aux besoins. La disponibilité est donc un autre critère à ne pas oublier. En revanche, si l’épargnant désire se constituer un capital, il faut considérer le rendement du placement et la fiscalité. C’est primordial de savoir combien le placement va-t-il rapporter. Ensuite, il faut se poser la question sur le risque et la sécurité du placement. Par exemple, est-ce que le rendement est-il assuré ? Un dernier point à analyser, c’est la simplicité. L’épargnant doit se poser la question si le placement est simple ou complexe, s’il est facile d’accès ou encore s’il faut se disposer des compétences particulières pour mieux le gérer.

Se renseigner sur la réglementation et les frais

Il ne faut pas signer quoi que ce soit sans s’informer sur la réglementation, car celle-ci impose parfois des contraintes telles que le plafond de dépôts et le versement minimum. Il en est de même pour les frais à payer lors de la souscription et à la fin du contrat. L’épargnant est aussi conseillé de bien se renseigner sur les frais de gestion.

Placements financiers
Gestion de patrimoine après 70 ans : mettez l’accent sur l’épargne !